La Chance agit pour la diversité dans les médias. Chaque année, ses 400 journalistes professionnels bénévoles préparent environ 80 boursiers aux concours des écoles de journalisme, à Paris, Marseille, Toulouse, Strasbourg, Grenoble, Rennes.

Une prépa performante

La formation représente entre 175 et 250 heures. Tout est gratuit. Chaque étudiant·e reçoit des aides financières adaptées à sa situation sociale. Cet appui couvre les frais associés au passage des concours : inscription, transport, hôtellerie…

Première prépa du genre, La Chance accompagne ses étudiants dans la durée. Elle épaule ses anciens dans leur recherche de stages, de piges, de CDD… La Chance organise aussi des ateliers d’insertion professionnelle. Son réseau dense et dynamique est unique en son genre.

L’éducation aux médias

La Chance agit pour l’éducation aux médias : ses ex-étudiants, devenus journalistes professionnels, interviennent dans des lycées et des collèges afin de mieux faire connaître les métiers des médias et les parcours à suivre pour devenir journaliste.

En 2020, malgré la crise sanitaire, nos actions dans ce domaine ont atteint environ 1000 jeunes.

L’égalité des chances, c’est du concret

100 % de nos étudiants sont boursiers ou en situation de handicap.

Plus d’un tiers ont un échelon de bourse compris entre 4 et 7 – les plus élevés. Une majorité a des parents ouvriers, demandeurs d’emploi, agriculteurs ou employés. 20% des mères sont sans emploi, souvent femmes aux foyer.

Un enjeu démocratique

En France, le concours est un passage obligé pour les apprentis journalistes qui souhaitent intégrer une école. L’ennui, c’est que tous les jeunes ne disposent pas des mêmes chances de le réussir.

La durée et le coût des études découragent les plus modestes.

La prolifération de prépas privées, souvent très coûteuses, creuse le fossé entre les candidats selon leur origine sociale.

La précarité liée aux débuts de carrière aggrave encore la situation.

Pour la profession et pour le pays, c’est dommage. Dans une démocratie en état de marche, les journalistes ont pour tâche de rendre compte du monde qui les entoure. Leur diversité -sociale, culturelle, ethnique, géographique…- contribue à la qualité et à la richesse de l’information.

Des journalistes de talent

Les étudiants de La Chance apportent un regard neuf à la profession. La preuve? Ils s’y imposent avec brio.

Environ une dizaine d’anciens remporte chaque année des prix convoités: bourse de l’AFP, prix Erik Izraelewicz de l’enquête économique, bourse Jean d’Arcy-Europe 1, Défi BFM-TV, bourse Jacques Goddet de L’Equipe, bourse Jean d’Arcy-France Télévisions…

Une association 100% indépendante

La Chance est née en 2007 à l’initiative d’un groupe de jeunes fraîchement diplômés du Centre de formation des journalistes (CFJ), frappés par le manque de représentativité des rédactions dans de nombreux médias. Reconnue d’intérêt général, c’est une association à but non lucratif, 100% indépendante.

Créée sous le nom La Chance aux concours, elle s’appelle désormais « LA CHANCE, pour la diversité dans les médias ».

L’aide financière et institutionnelle de La France s’engage, entre 2016 et 2018, a permis à La Chance d’accompagner un plus grand nombre d’étudiants et de se développer en région, notamment à Marseille et à Rennes.

La France s’engage est un label qui récompense les projets les plus innovants au service de la société dans les domaines de l’éducation, de la culture, de la solidarité, de l’écologie, de la santé et de la citoyenneté.