Témoignage de Justine Barraud « Coup de pouce 2015 »

///Témoignage de Justine Barraud « Coup de pouce 2015 »

La chance aux concours c’est 24 places pour la classe du samedi. Pour l’intégrer, un article à rédiger, un oral d’admission puis enfin le résultat. La réponse est négative. A peine le temps d’être déçue, La CAC me propose d’intégrer le dispositif « coup de pouce »

Coup de pouce ? Késako ?

Ce dispositif permet de constituer des groupes de travail, de recevoir chaque semaine par mail des questionnaires d’actualité et de culture générale, de participer aux concours blancs que La CAC organise trois fois dans l’année, ainsi qu’aux oraux blancs juste avant les concours. Un tuteur journaliste professionnel, bénévole de La Cac, nous accompagne personnellement dans la préparation.
Qui sont les coups de pouce ? Ils sont une douzaine. Après debrief de leur oral d’admission avec leur tuteur, tous reviennent avec la même conclusion : le jury a senti le besoin d’un accompagnement mais les a considérés assez autonomes pour ne pas avoir besoin de l’encadrement de la classe dont le nombre de places est limité.

Le traitement de l’actualité et le travail de groupe

L’important pour bien gérer le dispositif coup de pouce est de savoir à la fois travailler seul et en groupe. Le groupe de travail est utile pour le partage du suivi quotidien de l’actualité. Nous étions 5 et chaque semaine nous avons essayé de nous retrouver pour nous interroger et faire un récapitulatif de la semaine. Nous avions réparti l’actualité en 5 et nous alternions les thèmes. Pour l’approfondissement de l’actualité, je diversifiais mes sources en utilisant principalement les magazines hebdomadaires en presse papier et à la télévision.

Apprendre à se connaître et gagner de la confiance en s’améliorant

Je sortais d’une licence de droit, le journalisme était pour moi une totale réorientation. Le dispositif m’a surtout apporté de la confiance en mes capacités et en mon profil. Ma tutrice a su me montrer quels étaient mes atouts et comment les mettre en valeur. Les concours blancs et les oraux blancs m’ont permis de m’entraîner et d’améliorer mon écriture avec des corrections et des conseils de méthodologies. L’avantage principal de l’entraînement est de se sentir bien préparer pour le jour J et d’apprendre à gérer son stress.
En étant coup de pouce, bien que ne bénéficiant pas de tous les avantages de la classe CAC, on se sent toujours encadrés et suivis, nous recevons les questionnaires et les conseils méthodologiques précieux pour favoriser notre réussite. La preuve, j’intègre l’école de Journalisme de Science Po à la rentrée.

2015-07-23T10:28:34+00:00